Guillaume Sanchez

Fils d’un militaire et d’une puéricultrice, Sanchez a grandi «entre vignes et vaches» au sein d’une famille nombreuse dans une caserne de la campagne bordelaise. Oppressé par les barreaux aux fenêtres, il s’échappe dès qu’il peut, à 13 ans, via un CAP de pâtisserie. Malgré son désir d’émancipation, il fait le choix paradoxal d’intégrer les Compagnons du devoir, association d’élite qui délivre une excellente formation, mais assujettissante. Certains rejettent le système scolaire ou leurs parents, lui, ça a été les Compagnons. Guillaume Sanchez justifie ainsi sa désertion précoce du cénacle, juste avant le diplôme, pour tenter sa chance seul, à Paris, son passage d’un dortoir de 180 garçons à un studio solitaire de 11 m2.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s